Opsis.be - Carnet de notes - Nos rencontres amoureuses se font à 70% sur notre image. Mais notre image nous ressemble-t-elle?

logo opsis

<< Retour au carnet de notes

Nos rencontres amoureuses se font à 70% sur notre image. Mais notre image nous ressemble-t-elle?

Par Bénédicte Maes le 16/09/2014

Notre image intervient à 70% sur nos rencontres amoureuses, et nous rencontrons de plus en plus via internet. Ne serait il pas alors intéressant que notre image nous ressemble?

Ce matin, une interview sur la Première : Robin Cornet en parle à 8h40 avec Catherine Lejealle, sociologue, spécialiste de l'utilisation des technologies et qui a notamment étudié les rencontres sur internet.

Catherine Lejealle nous explique que les gens sont amenés à chercher où il y a encore moyen de faire des rencontres. En effet, il y a moins de lieux de sorties où l'on peut rencontrer "en direct". Donc on se rencontre sur Internet maintenant, et constate-t-elle, la sélection se fait de plus en plus sur l'image et la photo.

Elle rappelle que, cela a été étudié scientifiquement, 70% du résultat de nos rencontres est conditionné par l'image. Et, comme la communication se fait plus sur le non-verbal, il s'ensuit une nouvelle idée que "si le physique plaît, le mental plaira". Ce n'est peut-être pas une mauvaise façon d'envisager les choses, propose-t-elle.

Je suis assez d'accord que l'intuition du moment peut-être bonne conseillère. Mais je rétorque : Notre image nous ressemble-t-elle? Est-elle représentative de notre être intérieur, de nos valeurs, de notre caractère, de notre désir de nous réaliser, et, surtout, de ce que nous avons envie de montrer de nous, à fortiori dans une rencontre amoureuse?

Personnellement, en tant que psy et de part mon travail chez Opsis, je constate que beaucoup de personnes ont des images qui ne leur ressemblent pas. D'abord parce qu'elles ne se connaissent pas et qu'elles se sont construit des images uniquement selon la mode et la demande sociale ou pour plaire à des proches. Et ensuite parce qu'elles n'arrivent pas à "rendre" cette image d'elles, c'est-à-dire à se créer une image qui leur ressemble. C'est une chose qu'on ne nous apprend pas dans notre société: travailler sur notre paraître. Je suis convaincue, quoi qu'on en dise, que cela tient au fait que le concept d'apparence reste massivement tabou, contrairement aux apparences (sic!).

Apprenons d'abord qui nous sommes vraiment, et apprenons ensuite comment faire pour nous montrer tels que nous sommes! Tel est le but de mon conseil et de ma nouvelle consultation chez Opsis. 

Dernières notes:


Me Contacter:

Bénédicte Maes IMG

Bénédicte Maes

Développement Personnel

Opsis Asbl
à Heure, 5377
+32 494 860 947
benedicte@opsis.be